RĂ©sistance Au Traitement Et Musculo-Squelettiques D'Adaptation

RĂ©sistance Au Traitement Et Musculo-Squelettiques D'Adaptation

souvenez probablement que la première course que vous avez essayé de le faire suivant d'une longue période hors de la formation. Votre respiration a augmenté et vos jambes se sont épuisées après les 10 premières minutes. Cependant, après plusieurs semaines de fonctionnement constant, vous avez pu maintenir ce rythme pendant 30 minutes très confortablement et vos jambes se sentir fort. Malheureusement, les muscles de la jambe ont subi des changements physiologiques pour s'adapter à cet exercice de résistance.

Variations du type de fibres musculaires

Les muscles squelettiques sont composés de fibres de type I, de type IIa et de type IIb. Les classifications respectives se rapportent à la vitesse à laquelle peut se contracter et l'endurance (un type de fibre de I rétrécit lentement et a une plus grande résistance, tandis que les contrats de type IIb rapidement et a la capacité de résistance plus faible). Le type IIa se contracte aussi rapidement, mais ils ont une grande capacité de résistance aérobie. L'entraînement en résistance augmente la capacité aérobie de ces fibres, ce qui se traduit par plus de fibres avec des propriétés de contraction rapide et de résistance à la fatigue, ce qui vous permet de parcourir de plus longues distances.

Sang dans les muscles

Pendant les exercices d'endurance, les muscles ont besoin d'une plus grande quantité d'oxygène. Par conséquent, ils ont un large réseau de vaisseaux sanguins microscopiques (capillaires) qui fournissent du sang riche en oxygène. L'oxygène diffuse à travers les capillaires dans la fibre musculaire, où il favorise la production d'énergie. L'entraînement en résistance augmente le nombre de capillaires par zone musculaire, ce qui augmente l'apport d'oxygène. L'apport d'oxygène aux muscles est essentiel au maintien de la résistance, car les muscles se fatiguent très rapidement sans apport suffisant.

L'utilisation du carburant

Vos muscles sont principalement basées sur les produits de décomposition des hydrates de carbone (stockés sous forme de glycogène) et de graisse (stockée sous forme de triglycérides) pour le carburant pendant l'exercice. Les glucides sont la source d'énergie la plus efficace et leur utilisation augmente proportionnellement à l'augmentation de l'intensité de l'exercice. Cependant, votre corps en a une quantité très limitée, comparée à la graisse (environ 2500 calories par valeur glucidique par rapport à 74 500 calories provenant des graisses stockées). Par conséquent, il est avantageux de sauvegarder autant que possible l'utilisation du glycogène musculaire dans les premiers stades de l'exercice de résistance. L'épuisement du glycogène est un facteur important dans l'apparition de la fatigue, en particulier dans les exercices d'endurance qui durent plus d'une heure.L'entraînement en résistance permet à votre corps d'utiliser plus de graisse proportionnellement à l'intensité de l'exercice donné, en économisant du glycogène musculaire précieux.

Production d'Ă©nergie

Que votre muscle utilise des glucides ou des graisses pour l'énergie, il doit être capable de convertir ces sources d'énergie en énergie cellulaire utilisable, ou ATP. Les mitochondries génèrent de l'énergie dans la cellule musculaire et utilisent l'oxygène et l'activité de diverses enzymes pour produire la plus grande partie de l'ATP dont la cellule musculaire a besoin pour alimenter l'exercice d'endurance. Les exercices de résistance augmentent la quantité de mitochondries par zone musculaire et augmentent la capacité de production d'ATP. En outre, l'entraînement en résistance augmente le nombre d'enzymes dans les mitochondries, ce qui accélère la décomposition des nutriments et la formation d'énergie.

Teneur en myoglobine

La myoglobine est une protéine spéciale dans les muscles qui lie l'oxygène qui entre dans la fibre musculaire. Lorsque l'oxygène est limité pendant l'exercice, la myoglobine libère de l'oxygène dans les mitochondries. Bien que les scientifiques ne connaissent pas le degré de myoglobine dans lequel ils contribuent à la capacité d'oxydation du muscle, l'entraînement en résistance augmente la teneur en myoglobine et augmente probablement la réserve d'oxygène dans le muscle.

Tutoriel Vidéo: Ergonomie: prévention des troubles musculo-squelettiques chez IBA.

Comme Ça? Partagez Avec Vos Amis: